Inspirations

Le Presse-Humain

Savez-vous ce que l’on obtient lorsqu’on presse une orange? Du jus d’orange, bien sûr! Vous ne vous attendez pas à recevoir de la compote de pomme ou des lingots d’or en pressant une orange… Évident, n’est-ce pas? Tellement évident qu’on peut se demander pourquoi un tel article sur ce blog.

Je l’ai déjà dit dans le précédent article sur la métamorphose de la chenille : à l’intérieur de l’individu terrestre que je suis réside ma véritable identité spirituelle : mon âme. Si vous ne croyez pas en la possibilité de cette réalité, vous pouvez passer votre chemin : ce blog n’est pas pour vous!

D’abord, un petit rappel : que range-t-on dans la boite de notre identité terrestre?
-Mon nom de famille, qui signifie mon appartenance à une lignée d’individus présents avant moi, et mon prénom, qui m’apporte une singularité propre au sein de cette famille.
Mon corps physique, qui est la construction d’un corps de matière à partir du bagage génétique de ceux qui m’ont précédé.e ; ce corps me permet de vivre des expériences concrètes sur Terre. Au-delà de mon simple corps, je peux aussi ranger dans cette catégorie ma façon de m’habiller, de me coiffer, qui expriment une grande partie de ma personnalité terrestre.
Mon statut professionnel et social, autrement dit, ce que je FAIS de façon concrète et qui est visible par tous.
Mon statut marital et parental, qui n’est qu’une autre façon d’exprimer ce que je FAIS.

Et mon identité spirituelle dans tout ça, où est-elle?
Nulle part… et partout en même temps!
JE SUIS se situe au-delà de tous ces éléments, donc on ne peut pas trouver notre âme à l’intérieur de ces apparences. Je ne suis ni mon nom, ni mon métier, ni mon apparence physique, encore moins mon compte en banque.
Par contre, lorsque j’ai retrouvé le contact avec mon âme, alors cela se voit AU TRAVERS de mon corps, de mes activités, et de ma façon de vivre. Un alignement s’installe, véritablement.
JE SUIS se fiche des convenances sociales, familiales, collectives, car JE SUIS aspire seulement à ÊTRE, peu importe ce que je FAIS.
Je peux donner un PRIX à ce que je produis ou ce que je fais, mais seule ma vie a de la VALEUR. C’est pourquoi JE SUIS se manifeste principalement au travers de nos valeurs, qui sont les fondations mêmes de notre humanité.

Comment savoir si un individu est aligné avec son âme? C’est très simple : il suffit de le presser. Comme une orange. Et vous verrez ce qui en ressort.
Le meilleur de lui-même, à savoir son âme et son identité spirituelle? La volonté de préserver la vie. L’amour véritable. La compassion. Le partage. L’ouverture.
Ou le pire… L’avidité. La cupidité. Le mensonge. La démission de toute forme de responsabilité… et j’en passe.

Comment appuie-t-on sur le bouton du « Presse-Humain »? En réalité, c’est souvent la vie qui s’en charge, par des conditions extérieures difficiles, chargées de stress. Ces conditions sont l’occasion d’opérer une véritable transformation, pour retrouver le contact avec son âme. Vous savez, c’est ce moment où la chenille s’immobilise dans sa chrysalide pour devenir un papillon…
Mais lorsque la chenille n’entend pas l’appel de la transformation, celui-ci devient de plus en plus fort, voire collectif, un peu à l’image de la crise que nous traversons tous en ce moment. En effet, les actualités sont selon moi un immense bouton poussoir Presse-Humain qui permet de faire un état des lieux de notre humanité. On voit d’ailleurs se côtoyer le meilleur et le pire… tout dépend de l’endroit où nous choisissons de porter notre regard.

Vous le savez certainement, je suis clairsentiante, ce qui signifie que j’ai en moi une capacité à percevoir l’état vibratoire environnant, à savoir l’état émotionnel. Je ressens de façon accrue les émotions environnantes comme s’il s’agissait des miennes, qu’il s’agisse d’individus incarnés ou d’âmes de défunts qui n’ont pas résolu leurs « dossiers terrestres ». Ainsi, lorsque quelqu’un me dit « tout va bien » alors que je perçois clairement une colère non exprimée, ou n’importe quelle autre sensation dissonante avec son discours officiel, je ressens un malaise profond. Je n’aime pas. Ce décalage entre ce que j’entends et ce que je ressens me met mal à l’aise, et ne me permet pas d’accorder ma confiance à la personne qui se trouve en face de moi. Or, la confiance est un ingrédient essentiel pour toute forme de relation, quelle qu’elle soit.
Est-ce que cette personne est en train de me mentir pour faire bonne figure et sauver les apparences de sa vie?
Est-ce que cette personne se ment à elle-même en se persuadant que tout va bien, car elle ne veut pas aller au contact de ses émotions douloureuses?
Est-ce que cette personne est au contact d’autres « fantômes » dont elle ne soupçonne absolument pas la présence et qui parasitent pourtant sa vie actuelle?

C’est pourquoi j’ai parfois appuyé sur le bouton du « presse-humain » pour savoir ce qui en ressort… Un humain, rempli de valeurs nobles et bienveillantes? Ou un inhumain, totalement déconnecté de sa nature profonde…. Un inhumain, qui vit comme un robot, métro-boulot-dodo-troisièmedose, pour ne surtout pas se poser de questions dérangeantes et rester à la surface d’une Vie-Trine qu’il trouve confortable.
Lorsque j’ai appuyé sur le bouton du Presse-Humain un peu trop fort, ou auprès des mauvaises personnes, savez-vous ce qui en est ressorti? L’accusation. C’était MOI la source de leur venin. Tellement plus facile…
Pour reprendre la métaphore du début de l’article, imaginez un flacon de cyanure qui se déguise en orange. On voit l’apparence d’une belle orange juteuse, bien mûre, mais lorsqu’on la presse… horreur et damnation! Les apparences étaient trompeuses, seul le poison acide en ressort. Et du point de vue du flacon de cyanure, c’est de VOTRE faute, car jusqu’à ce que vous arriviez, il était bien camouflé dans son déguisement d’orange!! Évidemment…

Bien sûr, chacun a le droit de vivre comme il l’entend, et je le respecte entièrement. Mais sachez que cette vie de surface ne m’intéresse pas. Je refuse de vivre dans un monde d’apparences et d’illusions, car j’ai découvert une richesse dans la profondeur de notre Être Humain qu’aucun lingot d’or ne pourra acheter.

Et si je dérange les chenilles incarnées… qu’elles passent leur chemin et me laissent voler!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s